COSMO SHELDRAKE Pelicans WE

11 Oct 2015

 

Après Thin Wall de Balthazar et Chambers de Chilly Gonzales, voici un autre disque à forte...

...très forte personnalité.

Il s'agit de l'EP de Cosmo Sheldrake, intitulé Pelicans We. Ce jeune talent londonien nous invite à le rejoindre dans son univers pop, saupoudré de touches électro, de bruitages et à l'orchestration inventive. Essayons d'analyser plus avant les 4 titres (Tardigrade, The Fly, Pelican We et Rich) de ce court format, prémisce, espérons-le, d'un album à venir.

 

Parce que, voyez vous, avec 17 minutes et des poussières au compteur, ce disque laisse un arrière-goût d'inachevé dans la bouche mais surtout ne permet pas de se délecter entièrement du talent et de l'imagination foisonnante du gonze. Grrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr...

 

Le moins que l'on puisse dire est, qu'effectivement, Cosmo Sheldrake ne fait pas de la musique comme tout le monde, même si, en grattant un peu, sa patte n'est pas sans rappeler celle d'un autre prodige de la scène électro, à savoir Bonobo. Ce qui les caractérise tous les deux, en dehors de l'aspect électro (dispensée par touches légères), c'est l'incroyable talent instrumental qui peuple leurs univers.

 

Chez Cosmo Sheldrake, nous retrouvons pêle-mêle banjo, flûtes, basse, percus, guitares, cuivres, bruitages plus ou moins zarbis, liés entre eux par des mélodies vocales imparables qui s'insinuent, sans le moindre effort, dans notre cortex cérébral. Les morceaux, dès lors, évoquent de véritables comptines pop imparables et définitives, renouant, presque sans le vouloir, avec un certain psychédélisme à l'anglaise. Elles dégagent, de plus, une certaine douceur, dans cet univers sonore fait de bric et de brac.

 

Si la voix de Cosmo Sheldrake n'est pas exceptionnelle, sa conviction, elle, l'est et elle nous transporte dans l'univers de Pelicans We, non sans nous rappeler au bon souvenir de Syd Barrett, époque Pipper At The Gates Of Down (nous pensons en particulier au morceau Bike), ce qui pour nous est une sacrée référence.

 

Avec son univers de collages et de boucles sonores, Cosmo Sheldrake convie l'auditeur à un voyage fait de fêtes foraines, de bals champêtres, le tout sur fond de BO à la Danny Elfman, tout en nous remémorant le parfum des glaces à l'eau, saveur grenadine. Sa musique, fraîche , incroyablement agencée, mais pourtant aérienne, s'offre une place unique parmi tous les skeuds que nous avons ll'habitude d'écouter, de chérir.

 

S'il fallait faire un pari sur un artiste, nul doute que nous porterions notre choix sur ce londonien. Attendons de voir, si son premier album confirmera ou non la tendance de Pelicans We mais gageons que cela soit le cas : un tel univers mérite d'être découvert, si ce n'est par nous, par le monde entier...

Please reload

Articles Récents

19 Mar 2020

19 Mar 2020

14 Mar 2020

Please reload

Archives
Please reload

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • 1447126333_mail-icon