DOUGLAS COUPLAND La Pire. Personne. Au monde

6 Nov 2015

Tout le monde connaît, grâce à d'incessantes rediffusions télé...

 

... l'acteur Pierre Richard, acteur souvent cantonné aux rôles de gentil maladroit, à la poisse inégalable. Eh bien imaginez une version britannique,  version nettement moins gentille, aussi bête que méchante, accroc au sexe et à la drogue, et vous obtenez le portrait du héro de La Pire. Personne. Au Monde. roman de Douglas Coupland parut aux éditions Au Diable Vauvert.

 

Raymond Gunt, dit Ray, est dépêché par son ex-épouse, Fiona, d'aller filmer un survival aux îles Kiribati, dans le Pacifique. Pour Ray, c'est le rêve sous toutes ses formes : des nanas à moitié à poil à longueur de journée, de la bouffe gratis et des lieux paradisiaques bien loin de la grisaille londonienne : Le paradis !

 

 

 

En plus, il a droit à un esclave-assistant. Oui mais voilà, rien ne se passera comme prévu et la poisse s'acharnera sur Ray tout au long de son périple.

 

Petit bijou d'humour noir, de cynisme et de pop culture, La Pire. Personne. Au Monde. se lit d'une traite. Construit à la base comme du Biji (forme littéraire chinoise signifiant, grosso modo, carnet de voyage), ce bouquin se veut comme une succession de saynètes corrosives ou le non-sens l'emporte sur la linéarité du propos. Mais ne vous y trompez pas, il s'agit bien là de littérature. Les dialogues sont subtiles (même lors de l'évocation philosophique sur le fait de s'accoupler avec des moutons), les diverses situations sont décrites avec précision sans jamais virer au chiantissime et les personnages, bien que volontairement caricaturaux, sont dotés d'une véritable psychologie, même si celle-ci est sacrément désaxée.

Sans le talent de
Coupland, le bouquin ne se tiendrait pas et serait juste un joyeux bordel bancal mais la patte de l'auteur permet de lier chaque chapitre à celui qui précéde. Son style est juste parfait, jamais lourd ni vulgaire malgré des propos parfois tendancieux mais ceux-ci sont toujours désarmés par un humour potache qui frise le délire. Pas besoin de drogues pour se marrer. Quelques lignes de La Pire. Personne. Au Monde. suffisent ! Présent à chaque page, et ce jusqu'à la toute dernière péripétie finale en dernière page, cet humour perdure même dans l'autoportrait de l'auteur.

 

La classe quoi !

 

Please reload

Articles Récents

19 Mar 2020

19 Mar 2020

14 Mar 2020

Please reload

Archives
Please reload

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • 1447126333_mail-icon