PHILIPPE AZAR Les mélodies de la chasse d'eau

17 Dec 2015

 

Il n'y a pas très longtemps de cela, nous avons reçu notre premier roman dématérialisé, par le biais même de son auteur (et non de son éditeur). Grande...

...première quoi! Pourtant, vous nous connaissez un peu maintenant, nous ne sommes pas hommes de petite vertu et ne nous abaissons jamais à chroniquer un ouvrage qui n'en vaut pas la peine.

 

 

Ceci étant dit, vous pourrez remarquer que cette première s'avère plutôt payante car le bouquin de Philippe Azar, Les Mélodies De La Chasse D'Eau, aux éditions Bookless (traduisez sans livres) Editions, touche notre petit cœur de chroniqueur.

 

Commençons par ce qui fâche. Un livre, c'est avant tout un objet, une présence, une aura, une matière, une odeur. Pour les fétichistes de notre espèce, l'importance de l'objet que l'on manipule avec ferveur, ce compagnon qui accompagne nos soirées d'hiver au coin du feu, nos étés à nous cramer la couane sur une serviette de bain, reluquant de temps à autre passer les jeunes femmes exaltant nos sens de mâles, est primordiale. En ce sens, le format e-book laisse un goût d'inachevé.

 

L'autre effet pervers de ce type d'éditions est que les éditeurs ne semblent pas se donner la peine de corriger leur poulain. Nous relevons, ici et là, quelques fautes de vocabulaire, d'autre d'accords et quelques oublis de (petits) mots. Cela ne peut pas être imputable au seul auteur car le travail d'un éditeur, quel qu'il soit, et de tout mettre en œuvre pour que le bouquin qu'il promeut soit de qualité.

 

Passons désormais au roman à proprement parler. Si les toutes premières pages n’acquièrent pas notre adhésion, celles qui suivent rectifient le tir d'une façon presque magistrale, et nous voilà lancé dans cette histoire au héros (ou anti-héros) ordinaire, Sami, comédien, qui navigue de petits jobs en jobs merdiques parce qu'il faut bien vivre et manger.

 

Grâce au ton employé par Azar, à la fois chargé d'humour, d'insoumission et de rock n'roll attitude, nous sommes conquis de bout en bout. Le bouquin retrace une partie de la vie du narrateur, au moment où il ne vit pas encore de son art, où il s'interroge sur le sens de cette vie tout en refusant de tout accepter « parce que c'est comme ça », refusant également de laisser ses rêves croupir aux oubliettes. Entier, tel est le mot qui caractérise le personnage de Azar, et cela nous parle.

 

Si l'ensemble du bouquin est noir, assez désespéré ou du moins très pessimiste sur la société qu'est la notre, la dernière phrase du roman relativise l'ensemble. Tout n'est pas noir combien même tout semble prouver le contraire. En s'achevant sur cette note optimiste, Philippe Azar réussi à nuancer son propos et, par le fait, le rend d'autant plus crédible.

 

Si Les Mélodies De La Chasse D'Eau, belle métaphore de la musique de la vie, n'est pas un Goncourt en puissance, il possède en revanche toutes les qualités pour être un vrai bouquin, fait de papier de qualité, d'une reliure et d'une couverture ! Il mériterait de figurer dans nos (vos) bibliothèques et non uniquement de façon virtuelle ?

 

Ce constat en appelle un autre, à savoir celui d'une réalité mercantile de la part d'éditeur manquant cruellement de gonades. Ceux-ci préfèrent trop souvent encenser des personnes ayant déjà un nom, afin de faire de belles recettes quite à promouvoir de la merde en barre, plutôt que de se lancer avec ferveur dans la découverte d'un auteur inconnu.

 

Avec son roman format e-book, croisons les doigts pour que cela fonctionne pour Philippe Azar et qu'il puisse voir un jour son livre dans les rayonnages des librairies.

Please reload

Articles Récents

12 Nov 2019

Please reload

Archives