DOMINIQUE FORMA Skeud

27 Sep 2015

C’est l’histoire d’un disque qui n’existe pas !

 

C’est l’histoire d’un disque qui n’existe que par l’acharnement de pirates de haut vol, les enragés du sillon qui, de jour en jour, depuis que les grands groupes de rock’n roll existent, enregistrent et vendent sous le manteau, ces fameux bootlegs, à des clients tout autant fêlés qu’eux.


Pourtant à bien y regarder, sous ce titre prophétique, cette pochette divinatoire, se cache bien plus qu’un bouquin écrit par un passionné de rock, pour des apprentis rockers en goguette…


Ce livre aurait aussi bien pu s’intituler Prétexte, tant l’auteur sous ses faux airs de « titi parisien » s’emploie à mélanger les cartes, à brouiller les références, comme pour mieux attraper le chaland par les bollocks : roman noir, polar, autofiction, érudit rock, ce bouquin fraîchement revisité, est tout à la fois, un peu, beaucoup, passionnément !


Alors oui, n’ayons pas peur de ce bordel littéraire qui chatouille aux entournures les méninges, celles-là mêmes qui entre deux soubresauts, succombent au charme de cette narration around the clock. Les transitions entre les différents chapitres sont un régal, elles boostent la narration, la ralentissent, puis la dynamitent, la faisant feuler sous les coups de boutoir de Dominique Forma qui réussit ainsi, à éviter tous les pièges de ce périlleux exercice.


Sous l’excuse, éminemment fallacieuse, d’inventer une histoire rockambolesque, l’auteur nous ballade dans les tréfonds de l’histoire du rock, de sa naissance, les années 50, jusqu’au début des années 80, sans que ces nécessaires références musicales, forcément nostalgiques (autobiographiques ?) ne soient chiantes, ni pénibles à suivre au long de ces trois cent vingt cinq pages même si son goût immodéré, pour notre Jojo national, nous semble évidemment suspect.


L'auteur a cependant l'intelligence de nous éviter les années Yéyés, qui sont au rock en France, ce que la bière sans alcool est aux aficonnados du binaire. Mais vous l’aurez évidemment compris, l’essentiel est ailleurs. 


En effet, c’est à un véritable travail d’ethnologue auquel DF nous convie, il dépeint les "groupes" en force avec une rare justesse de ton, détaillant au fur et à mesure des pages, la vision d’une société française sclérosée qui, nous pouvons le dire maintenant, puait grave des chaussettes noires, bien avant qu’Eddy ne s’en mêle. Sur fond de vespa ou de mob, de blousons en cuir, de putes, de bastons, d’arnaques putassières en tous genres et alors que Gene Vincent sème sérieusement le wild de part et d’autre des chemins de Navarre.


Ce Skeud saura vous toucher exactement là où vous ne l’attendiez pas, pour peu que vous sachiez lire entre les lignes, que vous fassiez l'effort de caler votre respiration, votre vibration sur celle de ce livre décidément (d)étonnant  .


Un comble me direz-vous ? N’est pas rock qui veut …
 

Please reload

Articles Récents
Please reload

Archives
Please reload

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • 1447126333_mail-icon