MELANIE DE BIASIO Blackened cities

19 May 2016

Blackened cities, villes noircies par la suie de gaz d'échappement, tout est gris. Les façades, jadis blanches, sont recouvertes par une mince pellicule de poudre, par le poivre rejeté par les moteurs.

 

Blackened cities, villes noircies par les milliers d'êtres humains qui envahissent les artères, tous étrangers les uns des autres . Le froid les habille, les drapant dans une solitude comme un rempart à l'envahisseur, à celui qui essaye de s'approcher.

 

Blackened cities, villes noircies par le bitume et le béton qui recouvrent tout, étouffant la nature qui pourtant était là la première. Le vert s'en est allé vers les prairies laissant la grisaille des jours sans vie reposer calmement sur les immeubles et voies à sens unique.


Et pourtant, un pulsation, un battement jazzy donne vie à tout ce camaïeu de gris. Une voix chaude comme une couverture de survie vient apaiser les tourments de cette ville qui ne dort jamais.


Et puis il y a ces notes de piano comme autant de brèche traversant la nappe opaque des nuages, éclairant les pas de quelques passants égarés.

 

Et les cuivres qui apportent une chaleur quelque part dans un bar où des inconnus en viennent à se connaître, à échanger sur la monotonie de leur vie urbaine.

 

Et l'envie de se lever, et l'envie de danser, qui soudain s'empare de nous, nous pousse à souffler sur le brouillard de particules fines pour que la lumière jaillisse à nouveau, pour qu'un air pur à nouveau emplisse nos poumons.

 

Avec cet album d'un seul titre, de vingt-cinq minutes et quelques poussières, Mélanie De Biasio nous enveloppe dans son trip jazzy, aérien, envoûtant comme la caresse d'un violoncelle. Son album concept nous réconcilie avec l'ambiant jazz, genre auquel tant se sont frottés sans jamais parvenir à en tirer un aussi beau parti.

 

Une petite merveille..

Please reload

Articles Récents
Please reload

Archives
Please reload

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • 1447126333_mail-icon