THE JULIE RUIN Hit reset

11 Sep 2016

Nous en avions parlé avant l'été, ici, et attendions l'album avec impatience. Bien qu'il soit sorti début juillet, début de notre période de vacances, nous revenons sur Hit Reset , l'album des Julie Ruin parce que, pour faire simple, il est vachement bien.


Ex-
Le Tigre, Ex Bikini Kills, Kathleen Anna, égérie féministe engagée, et punk de corps et d'esprit, nous offre un album mariné dans l'esprit Do It Yourself et la décontraction. Enfin c'est ce qu'il nous semble à la première écoute tant l'album dégage une aura récréative plutôt fédératrice.


Dès le premier titre se dégage le « teen spirit » avec cette voix presque gamine, cette guitare aux riffs tranchants, cette batterie peu nuancée mais qui cogne comme il faut où il faut. Les synthés sont cheap, juste ce qu'il faut, pour patiner ce punk rock d'une touche de désuétude du plus bel effet.


Durant les quatre premiers morceaux,
The Julie Ruin nous offre la palette quasi complète de leur album, entre punk rock et pop. Outre une basse presque monosyllabique sur I'll Decide et Be Nice, outre un chant hystérique (ce même Be Nice), outre une bluette anti amour (Rather Not), The Julie Ruin nous propose un univers varié grâce à une diversité rythmique faisant le grand écart entre tempi disco et d'autres plus rentre dedans.


Certains reprocheront peut-être un côté déjà-entendu déjà-vu, mais
Kathleen y met tellement d'ardeur qu'il faudrait être bien con pour passer à côté de ce disque plus riche qu'il n'y paraît.

 

En effet, les arrangements, qui passent inaperçus dans un premier temps, agrémentent les titres d'une touche d'originalité qui leur va bien au teint. Handclaps, chœurs, clavier et/ou touches électro apparaissent de façons aléatoires mais toujours au moment parfait, pour appuyer un refrain ou nuancer un titre qui semble s'enliser dans sa propre répétition.


Mais surtout, ce qui fait de ce disque un pari réussi, ce sont les lignes de chants inspirées, qui s'immiscent en nous dès la deuxième écoute. Bien que la voix soit approximative quant à ses placement, que
Kathleen ne soit vraiment pas une chanteuse exceptionnelle, mais plutôt une sorte de harpie dédaigneuse et vindicative, cela nous touche particulièrement. Car le côté « Fait Le Toi Même » ressort de plus bel et nous permet de nous lâcher en accompagnant le groupe à tue-tête.


Au final, il apparaît clairement que
Hit Reset est un album éminemment sympathique, loin du punk rock aseptisé made in USA joué par des lourdeaux sans imagination. The Julie Ruin creuse son sillon de belle manière, avec talent et originalité. Parfois légèrement chancelant, ou bancal, c'est de là où émane tout son charme. Parce que c'est évident, tout cela est voulu, assumé et que nous, on adore ce côté jusqu'au boutiste.


Pas vous ?

Please reload

Articles Récents
Please reload

Archives
Please reload

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • 1447126333_mail-icon