AFTER MARIANNE It's a wonderful place to be (over)

25 Nov 2016

 

Il y a des jours comme ça, des jours où la  grisaille semble tout recouvrir,semble être impénétrable. Il y a des jours qui ressemblent aux précédents, qui semblent bouchés, sans lumière. Il y a des jours où tout semble peser, nos pas, les nuages, nos histoires. Et puis...

Et puis il y a une voix, une musique, et tout semble s'éclairer d'une lumière nouvelle. Les nuages se dissipent et laisse place à une éclaircie fragile, précaire, parce que...

Parce que la mélancolie, le spleen, flottent toujours à nos côtés. Est-ce dû à cette voix, douce, chaude, à la diction distincte et à l'émotion à fleur de lèvres ? Accueillante, elle nous prend en son sein pour nous bercer, nous cajoler, nous qui sommes parfois en souffrance. La résurgence des douleurs passées reste gravées en nous, nostalgie de nos vies, mais nous avançons.

Est-ce dû à cette musique, vaporeuse, légère mais à la gravité latente présente dans ses arrangements ? Un piano divin, une nappe synthétique, le parfum d'un vécu onirique, entre nostalgie précieuse et optimisme à venir.

Il s'agit d'un peu de tout cela. Le beau est partout. Sans être mièvres, les compositions d'
After Marianne dégagent un parfum de poésie enfantine, comme si Mathilda, Théo, Léo et Augustin ( et Julien Doré en guest sur Love Is Just A Game) ne voulait voir dans le monde d'adulte que celui qu'empreinte les rêveurs. Un monde dans lequel l'espace serait un terrain de jeu, qu'il soit rempli de vide ou de notes de musique.


Puis, quand une batterie apparaît, plus percutante, elle le fait pour laisser filer un peu de tension, de cette tension que connaissent les amoureux éperdus, cette tension faite de crainte de perdre un bonheur enfin acquis après des années de solitude.


It's A Wondeful Place To Be (Over), leur premier EP (6 titres), évoque pour nous le côté planant de Sigur Ros, une forme de post rock à la Mogwai, une orchestration et des compositions d'orfèvres, tout en lenteur, sans à-coups, comme dans ce espace temps entre l'endormissement et le réveil.

 

Prendre le temps, de se souvenir, d'un amour, d'une passion. Laisser les émotions ressurgir, s'en mourir pour repaître nos cœurs. After Marianne nous guide sur cette route, celle de la croisée des mondes, des envies.

Alors, si certains jours paraissent maussades, il est bon d'écouter le genre de musique que propose le quatuor. Proche d'une fable, d'un conte pour adulte, elle transcende la nostalgie, la mélancolie, pour ranimer en nous la flamme qui n'a, au fond, jamais cessé de brûler...  

 

Please reload

Articles Récents
Please reload

Archives
Please reload

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • 1447126333_mail-icon