ROLLING BLACKOUTS COASTAL FEVER The french press

21 Mar 2017

The French Press, c'est le nom de l'Ep de Rolling Blackouts Coastal Fever sorti ce 10 mars chez SUB POP/[PIAS]. Ce mini album de 6 titres est une petite bombe pop rock comme seules les anglais sont capables de produire.

Oui, mais non. Parce que les 5 gus ne sont pas anglais mais australiens. Bien que le lien britannique existe entre ces deux contrées éloignées d'un bon hémisphère, nous n'aurions jamais cru de prime abord que les
Rolling Blackouts C.F venaient du pays des kangourous.

Leur son, en effet, sonne typiquement british même si de menues différences, semées ici ou là, amènent à penser que le combo ne vient pas de la perfide Albion. Cela  provient sans doute de la lumière qui émane des compos, d'un je-ne-sais-quoi de spatial, évoquant les grandes plaines désertiques du centre de l'Australie, et non du brouillard entourant Londres et ses quartiers.

 Passons...

Le morceau titre, premier de l'EP donne le la, d'entrée de jeu : rythmiques enfiévrées, hyper dansantes et addictives, passage instrumental exaltant, diction et ligne de chant particulières, tout concorde et nous prouve que les
Rolling Blackouts C.F ont la classe internationale.

La basse, survitaminée, appuyée par une batterie au diapason, servent de base sur lesquelles guitares et claviers viennent se poser par strates. Une couche rythmique, acoustique, puis une couche électrique, rythmique et/ou soliste, viennent dynamiter l'ensemble, avec le tact d'un éléphant dans un magasin de porcelaine. Mais pas bourrin pour autant parce que...

… Ça envoie du groove, et c'est jouissif !

Après c'est au tour du chant d'apparaître. Si par moment il peut évoquer celui de
Peter Doherty époque Libertines, c'est en effet du côté de l'énergie punk que nous le retrouvons. Parfois presque parlé, parfois languissant, parfois scandé comme un slogan révolutionnaire, il se fond à merveille sur les parties instrumentales, leur apportant une couleur particulière, juvénile, j'men foutiste et, paradoxalement, très pro, qui tend à rendre l'ensemble encore plus explosif.

Les autres titres sont du même acabit, mais ne lassent pas, bien en contraire. Ils sont juste la deuxième, troisième etc... couche de plaisir rock'n rollesque. And we love it !

Nous obtenons donc, pour
The French Press, un ensemble au caractère bien forgé et il ne nous en fallait pas plus pour nous convaincre du talent du groupe. Leurs concerts sold-out à New York n'en sont qu'une indiscutable preuve supplémentaire.

 

Un groupe plus que prometteur, croyez-nous sur parole.

 

 

 

Please reload

Articles Récents
Please reload

Archives
Please reload

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • 1447126333_mail-icon