SAMANTHA CRAIN You had me at goodbye

14 Apr 2017

Il est si facile de passer à côté d'un album.

 

La première écoute du premier morceau s'avère souvent déterminante. Nous recevons tant de musique qu'il nous est parfois difficile de prendre le temps de nous pencher sur un album dont le titre d’introduction ne nous touche pas. Et ainsi, nous aurions pu passer complètement à côté de l’album de Samantah Crain, appelé You had me at goodbye.

Déjà, il y a le soucis concernant la pochette. Elle ne flatte pas la rétine, genre vraiment pas, trop coloré, too much, bref, pas flatteuse quoi. Et là dessus arrive le premier titre,
Antiseptic Greeting, et lui non plus ne flatte pas le tympan. Trop pop, trop sucré... Et puis la voix... No comment. Pourtant, par un de ces heureux hasards de la vie de chroniqueur, les autres titres ont continué à défiler. Et là...

Et là... Le cœur s'emballe, un sourire de plaisir s'affiche sur notre visage exsangue. Nous ne comprenons pas bien ce qui se passe. Cette nana, à la voix rappelant vite fait celle d'une certaine
Polly-Jean (PJ Harvey quoi), nous kidnappe, sans que nous ayons envie de résister à son charme.

Mais sur quoi repose-t-il, au juste, son charme ?

 

La demoiselle n'est pas une grande chanteuse, elle a une voix relativement banale, mais elle possède un truc qui fait mouche. Est-ce justement ce timbre de voix un peu punk qui nous attire ou bien cette façon de chanter, parfois un peu à la bourre sur la musique qui fait qu'elle arrive presque à bout de souffle à la fin de la phrase musicale ? Nous ne saurions l'expliquer avec exactitude, mais Samantha Crain nous retourne le cœur, nous rend amoureux d'elle rien qu'en chantant ces pièces pop parfois trop édulcorées, aux mauvais synthés fleurant bon la guimauve.

Ah oui, c'est vrai, musicalement, nous aurions pu rester en rade également et partir horrifié vers le disque suivant. Oui, mais non ! Parce que, si de prime abord l'ensemble sonne cheap, il s'agit d'un piège éhonté. Comme si
Samantha Crain voulait absolument que nous n'écoutions pas son disque de fond en comble, mais qu'elle mettrait paradoxalement assez d'atours sexy pour nous convaincre du contraire.

Alors nous tendons l'oreille. Et là, nous découvrons que rien, mais vraiment rien, n'est cheap dans cet album, que rien ne fleure la guimauve ou le tire larme facile. Les arrangement nous laissent franchement panthois. Derrière un synthé, entre guillemets, pourrave, servant de saxo free, de cordes aussi parfois, les violoncelles sonnent la charge. La guitare, plutôt folk, s'accouple à l'ensemble et nous entraîne dans un univers à la fois suave, grave et coloré (oui, tout cela est antagoniste mais ce
You Had Me At Goodbye navigue sur tous les fronts, nous captivant par sa palette émotionnelle étendue).

La Dame sait s'y prendre et, n'ayons pas peur des mots, nous paraît amplement capable de tenir la dragée haute à un certain
Eels, ou au défunt Marc Linkous de Sparklehorse.

Parfois, il y a des choses qui ne s'expliquent pas et cet album nous terrasse, renverse nos certitudes en matière de musique indépendante. Comment réussi-t-elle,
Samantha, à produire un disque si différent de ce que fait la concurrence en utilisant pourtant les même recettes ? Comment parvient-elle à nous captiver de la sorte ?

Elle parvient à tout cela avec la force de sa sincérité, avec un sentiment qui ne trompe pas, celui de jouer avec ses tripes, de tout sortir, sans vouloir plaire absolument. Elle joue sa musique, ne pose pas, et nous, ça nous touche.

Nous aurions pu passer à côté de
You Had Me At Goodbye, c'est une certitude. Et nous l'aurions amèrement regretté. Ce disque est un véritable coup de cœur, comme il nous arrive d'en rencontrer un ou deux par an, pas plus. Il ne s'agit pas d'un simple bon disque, il s'agit d'un disque rare, de ceux que nous retrouvons et redécouvrons avec plaisir à chaque écoute.

Comme quoi il ne faut jamais ! ô grand jamais ! s'arrêter au premier morceau d'un album...  

 

 


 

Please reload

Articles Récents
Please reload

Archives
Please reload

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • 1447126333_mail-icon