ALT-J Relaxer

11 Jun 2017

Troisième album pour les Alt-J, et alors que nous les avions laisser essorés par des tournées incessantes, un album live décevant qui nous avait rempli les bottes en caoutchouc de milliers de questions, de doutes et aussi d'angoisse.

Comment ce putain de trio, allait-il prendre le virage, se recharger, se relaxer, pour nous pondre un album qui ne manquerait pas de nous accompagner sur la plage de sable fin ?

Alors fébriles oui nous l'étions, déjà à l'écoute du premier single lâché sur les réseaux, impatients d'en découdre avec ce qui se révèle d'ores et déjà être comme une pierre angulaire de ce qu'il y a de meilleur dans la musique de la perfide Albion...

 

Si les Alt-J ont perdu des plumes lors de concerts éparpillés tout autour de la planète, ils ont gagné en maturité, de celle qui permet d'aborder des styles musicaux aux antipodes les uns des autres, tout en conférant à l'album, une insolente cohérence musicale : les styles s'entrechoquent, tout autant qu'ils s'interpénètrent, répandant sur les sillons de cet album, autant d'interprétations, d'intentions musicales, d'arrangements qui pourraient faire ressembler ce tétris à un capharnaüm géant ?

 

Pourtant à mesure que les pistes se dévoilent, il nous semble que cette maitrise insolente reflète surtout la soif inextinguible de musiciens qui s'affranchissent de ces cultures ô combien disparates. Ces oriflammes, qu'ils brandissent en prenant soin de les faire claquer à l'unisson, éprouvent nos limites: ils se jouent de nous et pulvérisent ces terrains de jeux familiers, qu'ils nous tardent de réinventer.

Contre toute attente.

 

Alors que nous vadrouillons, à la recherche d'un son, d'un arrangement que nous ignorons encore, d'une mélodie inaccoutumée, s'insinue en nous, une mélancolie sépulcrale, que nous ne soupçonnions pas d'exister en ces lieux. En cet instant. Le tryptique final, à l'allure monolithique nous écrase de sa splendeur, exhumant, cette cohorte de sentiments bigarrés que nous terrons; ce qui nous ravit et nous crucifie à la fois. Les mots s'échappent un à un, murmurés, nimbés de volutes opiacées dont les vertus assurément prophétiques, nous rassurent.

Enfin.

 

Quel groupe, mieux que ces anglais , pouvait nous botter ainsi les fesses ? Qui, à part Alt-J, pouvait assumer un tel collage, un tel assemblage, une telle virtuosité ? Non seulement les musiciens ont réalisé a ce jour leur meilleur album ( comprenez, le plus abouti, le plus riche, le plus énigmatique, le plus fou, le plus...) mais surtout ils viennent de changer le visage de ce que peut être la musique en ce début de millénaire.

Ni plus, ni moins.

Please reload

Articles Récents

12 Nov 2019

Please reload

Archives
Please reload