CHRISTOPHE SAINZELLE La double vie de pete townshend

16 Jun 2017


 

« Salut. Je vous ai dit que je suis le fils de Pete Townshend ? Nan, sans dec ! J'suis sérieux ! Faut pas croire que le type plus âgé qui se dit être mon père l'est réellement. Bien trop plouc ! En fait, ma mère, avant, quand elle était jeune et qu'elle n'essayait pas de se foutre en l'air, était femme de ménage dans un hôtel. Un soir, Pete Townshend, en tournée dans le coin s'y est arrêté pour la nuit et il se trouve que par la magie d'un instant éphémère, par une attirance mutuelle inexplicable, par un alignement stellaire ou par l'absorption massive d'alcool, il et elle ont... 'fin bref vous pigez le topo.

Bon, le truc, c'est que Pete, il n'est jamais revenu dans le coin. Il a juste fait son affaire et on ne l'a jamais revu. Il me connait même pas ! Mais vous pouvez pas dire qu'avec le tarin que je me paye je ne suis pas son fils ! Depuis que j'ai découvert un disque des Who, par l'entremise de mon pote Alain, celui qui fait craquer toutes les nanas, ma vie s'est transformée.

Grâce au Who, je me sors enfin de la ploucquitude qu'ont décidé pour moi mes parents. J'arrive même à affronter ma daronne. Qu'elle crève vu qu'elle y tient tant !

 

J'ai le droit de rien, pas même celui d'écouter mes disques. Ils, elle et celui qui se dit mon père, les planquent en douce dès que je vais au collège. Si j'y vais, au collège, c'est juste pour Erika. J'ai mis au point un stratagème pour la rendre folle de moi. Dommage que j'ai ce putain de blouson d'astronaute sur le dos ! Je ressemble à rien avec ça, et surtout pas à papa, le vrai, Pete Townshend. »

Christophe Sainzelle
nous replonge dans l'adolescence avec humour et avec cette petite pointe de désespérance que nous avons tous un jour rencontrée. Son roman,
La Double Vie De Pete Townshend (éditions ett/dépendances) nous raconte la vie de David Barrette, gamin comme tant d'autres, qui s'éveille à la vie après avoir découvert un album des Who. Un peu comme nous, quoi, quand, par hasard nous avons découvert ce groupe qui aujourd'hui encore nous accompagne et qui nous a fait nous dire, à un moment donné : rien à foutre de qui je suis, de ce à quoi je ressemble, du moment que je ne sois pas comme eux.

La vie de cet ado est romanesque, rocambolesque, terrible aussi parfois, mais elle entre parfaitement en résonance avec les souvenirs que nous pouvons avoir de cette période de notre vie. Nos parents étaient nuls, le collège était nul, la vie était nulle (ouais en fait tout était nul). Et puis en grandissant, nous nous sommes aperçus d'une part que nos souvenirs étaient faussés par notre mauvaise foi d'alors, et d'autre part que tout n'était pas si pourri que ce que nous voulions bien imaginer.

Nous reste ce groupe qui n'a jamais cessé de nous accompagner, même si, avec le recul qui est le nôtre, nous nous apercevons que tout n'était pas si bon dans sa discographie, voire même qu'il pondait des chansons franchement mauvaises. Grâce à ce groupe, nous avons voulu faire de la gratte, de la batterie, du pipeau ou du triangle, grâce à lui nous nous sommes construit comme s'il avait été un père (et/ou une mère) accessible et toujours présent, ce qui n'était pas forcément le cas du nôtre, du vrai, qui était pris par le boulot et dont le manque de communication était aussi un peu de notre faute.


Christophe Sainzelle remet tout cela à plat, nous rappelle ce que c'est d'être un enfant, ce que cela signifie de grandir, mais il le fait sans prise de tête, avec un humour jouissif, assez anglais dans le fond, ce qui ne fait que rendre plus attachant son personnage principal.

Un roman initiatique, à la fois tendre et lucide, sur l'acquisition de la maturité quoi.


 

Please reload

Articles Récents

12 Nov 2019

Please reload

Archives
Please reload