DIMONÉ Épris dans la glace

21 Jun 2017

 

Dimoné est un chanteur. Il chante des chansons à la manière d'un Bashung, ou d'un Murat, ou d'un Burger. Il chante et il possède un univers musical qui lui est propre, un univers musical tendu. Tendu, mais poétique. Poétique, et romantique, mais pas inaccessible.



Dimoné, c'est Dominique Terrieu. C'est étonnant que nous aimions sa musique. Parce qu'elle pourrait sonner variété, et Dieu sait que nous abhorrons la variété. Mais si nous aimons sa musique, c'est bien parce qu'elle est d'une grande richesse, bien qu'elle dégage une apparente et simpliste simplicité. Mais...
 

Mais musicalement, la production, les arrangements et le choix des tessitures sonores sont complexes et fruit d'une réflexion poussée. Petites programmations électroniques en arrière plan, comme si de rien n'était, planquées, dégageant un parfum de modernité (presque) avant-gardiste par moment, elles dégagent
Dimoné du carcan de la mauvaise musique.
 

Ses guitares, joliment agencées, plongées dans une réverbération absolument maîtrisée, éloignent encore la musique de
Dimoné de celle de ses compatriotes osant chanter en français. Et puis les rythmiques, le soudain delay sur la voix, les claviers... C'est fin, bien joué...
 

Seule, la musique ne fait pas tout. Si
Dimoné chantait cette variété insipide, la cathédrale sonore qu'il érige prendrait l'eau de toute part. Il faut des paroles là-dessus, des paroles qui s'alignent sur la musique, ou qui la transcendent. Et là, nous sommes dans la dentelle, dans les rimes riches, dans un véritable art de l'écriture.
 

L'univers qui se déploie devant nous est varié, contrasté, angoissant, libérateur. Nous ne saurions dire avec certitude lequel des 5 morceaux d'
Epris dans la glace nous remue le plus. Si Indigo et ses nuances de musique africaine nous touche un peu moins (il faut bien un titre un peu moins fort), l'ensemble se tient remarquablement bien.
 

De nombreuses écoutes révèlent des sentiments sans cesse renouvelés. Parfois nous nous émerveillons d'un rien, de cette sonorité encore jamais entendue, de ce mot si bien placé qui avait été squizzé par notre cerveau...
Dimoné nous prend par la main, mais il ne nous mâche pas le travail. Il faut être attentif et ne pas se laisser embarquer par ses refrains facilement mémorisable qui pourrait faire de l'ombre à ces complets somptueux.
 


Dimoné nous surprend. Parce qu'il laisse penser le pire pour nous offrir le meilleur. Parce que nous aimons être déstabilisés. Parce que nous aimons que l'on nous démontre que nous avons tort. Parce que musique française ne rime pas avec pauvreté ou facilité.

Parce que tel est pris (dans la glace) qui croyait prendre.

 

 

 

Please reload

Articles Récents
Please reload

Archives
Please reload

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • 1447126333_mail-icon