SONGHOY BLUES Résistance

12 Sep 2017

Après Jupiter et Okwess, l'Afrique est une nouvelle fois à l'honneur sur nos pages. Provenant du mali, Songhoy Blues nous offre Résistance, un album réjouissant, lumineux, à l'énergie communicative.

 

Comme le nom du groupe l'indique, vous trouverez dans ce disque une bonne dose de blues, avec cuivres, mais aussi des riffs funky, des refrains entêtants, des purs moments rocks, d'autres plus pop. Bref, il y en a pour tous les goûts.

 

Si vous vous penchez sur le titre de ce LP, Résistance, vous vous attendez sans doute à un album revendicatif, portant haut l'étendard d'une cause quelconque. Il n'en est rien, le groupe ne défend aucune cause (si ce n'est celle de la musique), mais veut nous transmettre un message positif de leur pays, voire de leur continent, trop souvent synonyme d'images négatives (guerres, attentats, famines etc...).

Ne serait-ce que par leur single
Bamako, chanté en français (le groupe mélange les langues sur l'album, parfois également dans un même morceau), vantant les nuits chaudes et festives de la capitale Malienne, l'esprit optimiste du combo ressort de façon contagieuse. Concernant le message positif, nous sommes donc en plein dans le mille.

 

Mais le groupe ne propose pas que cette vision enchantée de leur propos. Ils nous proposent aussi des morceaux plus blues, à l'image de Sahara, nous rappelant d'autres Africains, ceux de Tinariwen, avec un blues virtuose, aux riffs magnétiques. Le guest apparaissant sur ce morceau ne fait que confirmer tout le bien que nous pensons de Songhoy Blues, puisqu’il s'agit, ni plus ni moins, de l'Iguane himself.

 

Alternant morceaux rythmés avec d'autres plus posés, la palette est étendue. Les sonorités sont chaudes, actuelles, et si ce n'est les textes chantés en Malien, rien ne nous laisserait croire que le groupe est africain. En ce sens, l'envergure internationale du groupe n'est pas à démontrer. Mais ne vous y détrompez pas, nous retrouvons bien-là quelques sonorités propres à la musique africaine, ne serait-ce que par certaines tonalités de guitares, par ce chant lead repris par l'ensemble du groupe, classique du chant blues originel et des chants tribaux.

 

L'ensemble du disque tient méchamment la route, propose un univers varié, des arrangements soignés (apparitions de cordes traditionnelles sur Hometown par exemple), allant du blues et du rythme and blues au rock, en passant par des aspects plus traditionnels.

 

C'est donc un groupe enthousiasmant que nous avons découvert juste avant la trêve estivale et qui nous a accompagné durant toute celle-ci, réchauffant, plus d'une fois, un mois d'août terne et gris.

Please reload

Articles Récents

19 Mar 2020

19 Mar 2020

14 Mar 2020

Please reload

Archives
Please reload

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • 1447126333_mail-icon