EMILBULLS Kill your demons

30 Sep 2017

 

Impossible de comprendre pourquoi ce groupe teuton n'arrive pas à décoller à l'international, alors que ses albums dont la sortie est métronomique, sont juste essentiels puisqu'ils proposent la parfaite adéquation entre le gros rock qui tache et les mélodies pop qui ensorcèlent.

 

Bien évidemment dit comme cela, nul besoin de lire la chronique qui va suivre puisque vous savez d'ores et déjà que ce Kill your demons tient toutes ses envolées prophétiques...

 

 

 

Commençons par l'essentiel: ici pas de grande révolution, les musiciens de Emilbulls "se contentent" une nouvelle fois de reprendre la formule musicale qui les consacra outre-Rhin, et qui peut se résumer ainsi:  putain de gros riffs+ putain de voix + putain de chœurs+ putain de refrains imparables+ putain de gros beats+ une putain de pochette qui ne gâche rien, le tout desservi par un putain de son.

 

Aussi incroyable que cela puisse paraitre, pour une fois, nous sommes subjugués, non par la capacité du groupe à se renouveler d'album en album, ou de nous proposer des chansons originales, mais bien par la formule magique que ces musiciens manient à bout d'instrus et qui nous séduit d'album en album.

 

Le pire tout au long de cet opus ?

Ressentir physiquement l'indicible. Ce groupe nous catapulte en orbite, quelque soit le beat, l'intention, la couleur, il y a cette vibration qui nous parcourt l'échine et qui ébranle nos  certitudes musicales, ballotant cette psyché rétive, qui n'en demandait pas tant.

 

Les morceaux s'enquillent, ils virevoltent  alors que durablement s'inscrit en nous, cette capacité imbécile à dodeliner de la tête, battre du pied, comme si la vie n'était que rythme, que la pulsation malingre de cet album coulait désormais en nos veines, stigmatisant la teneur hautement addictive de ce Kill your demons.

 

Douze petits morceaux et puis s'en vont.

Ce groupe ne cesse de nous surprendre, il échauffe nos sens autant qu'il les cajole de ses douces mélopées, habilement teintées de souffre. Emilbulls distille une musique terriblement efficace, au style certes désuet, puisque estampillé, nu ou neo-metal, mais ce groupe ne s'en laisse pas compter et sait sonner moderne, actuel, foncièrement contemporain.

 

Que demander de plus, à part s'en remettre une tranche derrière les oreilles et monter le son ? Rien.

 

 

Please reload

Articles Récents

19 Mar 2020

19 Mar 2020

14 Mar 2020

Please reload

Archives
Please reload

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • 1447126333_mail-icon