JON & ROY The road ahead is golden

2 Nov 2017

Certains confondent parfois la simplicité avec la facilité, et cela est fort dommageable pour eux. Car qui dit facilité dit dilettantisme, dit médiocrité, bien que les idées ne soient pas fondamentalement mauvaises lors du postulat de départ. Au final, la production vire au gâchis.

Fort heureusement, il existe des groupes qui, derrière une simplicité évidente, nous pondent un disque qui fait mouche. Par des éléments tout simples et trop souvent oubliés, de ceux qui font la quintessence de la musique,
Jon & Roy, pour leur album The road ahead is golden, nous démontre que simplicité peut rimer avec félicité.

Ce groupe de folk nous propose avec ce LP un univers folk plein de personnalité. Basé sur la traditionnelle formation guitare basse batterie, le combo distille instantanément un délicieux poison d'addiction. Certes, la folk tourne en rond sur elle-même depuis qu'un certain
Bob D. est passé à l'électricité. Nous ne referons pas le film, mais le folk quittait dès lors ses oripeaux artisanaux pour basculer dans l'ère industriel.

Pour J
on & Roy, pas question de passer à l'électricité tous azimuts, ils l'utilisent à bon escient et avec parcimonies. Ici, nous restons majoritairement dans un univers acoustique (ou semi-acoustique pour être plus pertinent). Se basant sur des mélodies légères, parfaites, qui s'insinuent en nous comme des ritournelles que nous ne pouvons cesser de fredonner dès lors qu'un rayon de soleil vient se refléter sur la rosée du matin, l'essence du folk « à la papa » s'impose.

Morceaux simples, précis, fait d'accords courants, la musique n'est pas là une gageure de technicité étouffante. Les gars savent jouer, trouver l'étincelle de génie dans la sobriété : bien joué.

Avec également cette voix, légèrement éraillée, élégante car racée, qui nous fait imaginer un chanteur au coin du feu, genre cow-boy solitaire qui se tient compagnie en chantant des vieilles chansons d’antan, le tableau que peint le groupe s'esquisse dans le respect des règles.

Les arrangement sont superbes, joliment dissimulés dans des morceaux qui dévoilent leur(s) charme(s) au compte goutte. Ici, un petit solo de guitare, là, des chœurs, ou bien encore un arrangement de cordes, très loin derrière les trois lascars déroulant ces chansons juste parfaites.

Mais ce truc demeure, ce machin-chose qui nous titille, qui nous irrite, pour notre plus grand plaisir,  parce qu'il est le garant du charme de ces titres variés, riches, même si le genre folk a tendance à la répétition. Qu'est-ce donc-là cet ingrédient que fait tout le sel de cet album ?


The road ahead is golden sonne terriblement moderne, sans que nous sachions pourquoi, de prime abord. Le fait est tellement évident que nous ne le remarquons pas, aveugles que nous sommes devenus à force d'un laisser aller universel dans le monde de la musique moderne. La réponse est pourtant si évidente : Jon & Roy possède un son de taré !

Qu'il s'agisse de la guitare ou de la basse, toutes deux sont parfaitement audibles, ni écrasées par la voix du chanteur, juste ce qu'il faut en avant, sans dénaturer le reste de la musique, ni par la batterie, aérienne, jouée, souvent, avec des balais, apportant un parfum feutré de bon aloi.

Ce son est fascinant, chaud, apaisant, réconfortant. Il suffit pour cela d’enchaîner sur l'album d'un autre groupe pour que sa magnificence irradie, faisant du disque concurrent un objet pâle et sans relief. La production de ce disque est phénoménale, rien de moins.

Ce groupe possède là un savoir faire incroyable et, de mémoire de chroniqueur, il nous semble que cela faisait une éternité que nous n'avions pas aussi bien entendu la Musique.
Jon & Roy tape dans le mil grâce à cette production qui porte l'album vers les sommets du folk, moderne et simple.


Que demander de plus ?

Please reload

Articles Récents
Please reload

Archives
Please reload

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • 1447126333_mail-icon