EDITO MARS

5 Mar 2018

 

Youpee !

Trois rayons de soleil, une température clémente et nous revoilà ragaillardis comme jamais. Adieu les critiques acerbes, les chroniques en demi-teinte, le printemps se pointe et nous redevenons amour, paix, un subtil mélange entre une Chuppa chups au goût melon, un verre de chablis et une pastèque party.

 

Diantre que la vie est belle, lumineuse, que toutes ces images qui se télescopent sur le fond de notre rétine nous abreuvent, alors que de subtiles mélopées viennent caresser nos âmes, comme pour la première fois, comme au premier jour de l'amour.

 

Ah l'amour !

Que serions-nous sans cet élixir de vie qui se déverse dans nos veines, poussant cette sève fiévreuse à découvrir de nouvelles contrées inexplorées, de nouveaux terrains de jeu qui permettent à nos psychés de phagocyter encore plus rapidement ce que compte de nouveautés, cette messagerie qui n'en finit pas de dégueuler.

 

Les jours se rallongent, notre liste de devoirs aussi, mais étonnement, et alors que nous croulons sous les chroniques, il y a cette palanquée de chansonnettes abruties qui nous vrille le cerveau: "c'est le printemps les macchabés soulèvent les boites , tralala lala, pouet pouet, plus rien à foutre de rien, Prospère youplaboum, chabadabada, chabadabada, c'est l'amour à la plage, entre toi et l'eau bleue, quand je t'aime j'ai l'impression d'être un roi" etc...

 

 

 

 

 

 

Toute ressemblance avec des chroniqueurs ayant sévi sur ce webzine culturel et musical, serait absolument volontaire et fortuite, même s'ils s'en défendent et prétendent  le contraire.

Please reload

Articles Récents
Please reload

Archives
Please reload

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • 1447126333_mail-icon