ALAN LOMAX Le pays où naquit le blues

27 Mar 2018

Alors que nous venons tout juste d'entamer la lecture de Buried alive in the blues d'Éric Doidy (aux Éditions Le mot et le reste), qui poursuit  d'une certaine façon le travail d'Alan Lomax, il nous semble judicieux de revenir sur un bouquin qu'il a écrit et que nous avions chroniqué, en d'autres lieux, vers début 2013. Il s'agit de la version française  de son The land where the bllues Began (Le pays où naquit le blues aux Éditions Les fondeurs de briques).

 

Pour faire simple et rapide, Alan Lomax est celui qui révéla le blues à un large public, après des décennies de collecte de son, et  qui façonna, dans un certain sens, toute la culture musicale populaire blanche.

Son livre est une véritable Bible pour tous ceux qui aiment cette musique. Si le contenu est à la fois sociologique, ethnologique-anthropologique, historique et profondément humain, il reste avant tout l'ouvrage d'un passionné de cette musique. Il enregistra bon nombre de bluesmen inconnus, à un temps où la ségrégation était encore très présente (et passablement dangereuse pour un blanc fréquentant ces « sous-hommes » moins utiles qu'un âne).

Alan Lomax y détaillait les conditions de vie, souvent terribles, des noirs américains, où le manque de considération et la cruauté des blancs envers eux ne trouvaient un exutoire que dans la pratique de leurs chants ancestraux et viscéraux.

Pour se donner du courage, pour donner le rythme, pour pleurer ces conditions de vie misérables, les noirs américains se réunissaient dans des rades où la musique battait son plein. Souvent jouée sur des instruments de fortunes, l'âme afro-américaine s'exprimait loin du regard des blancs, dans une bonne humeur et une félicité propre aux opprimés.


Lomax revenait aussi sur des légendes de cette musique, tels Robert Johnson, et d'autres depuis longtemps oubliés. Il parcourut le sud des États-Unis, le « deep South », pendant pas loin d'un demi-siècle pour écrire ce bouquin référence. Aujourd'hui, son nom est mondialement reconnu comme celui qui permit l'émergence de cette musique. D'aucuns disent que sans lui, toute la culture de la musique populaire blanche ne serait pas grand-chose.

Ils ont totalement raison.

Please reload

Articles Récents

12 Nov 2019

Please reload

Archives
Please reload

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • 1447126333_mail-icon