J. MASCIS Elastic days

15 Nov 2018

 

 

 

Les années passent, elles filent tellement vite que bientôt il ne reste dans la nuit étoilée, que le sillage de ces instants volés ou perdus à tout jamais.

 

Le dernier album de J.Mascis nous fait penser à la vacuité de cette existence, à ce final morbide, lorsque la mélancolie remplit nos cœurs rabougris.

 

Mais ne vous méprenez pas les dinosaures ne se rendent pas et pour une fois ils sont même gravement inspirés.

 

sauf peut-être pour la pochette ...

 

 

 

Réécouter J.Mascis après toutes ces années, c'est comme rencontrer de vieux amis d'école, ouvrir une bonne bouteille, disséquer les aléas de l'existence, constater avec effroi que nous rigolons toujours des mêmes inepties, que nous n'avons pas besoin d'en rajouter pour reprendre le cours de cette histoire interrompue. Bien évidemment les cheveux sont blancs, les rides accentuées, les ventre proéminents mais le regard brille comme jamais. Comme hier.

 

Cet album a cette vertu curative.

 

Il efface les tempêtes, adoucit les errances, raccroche les sourires pour ce qu'ils sont : des instantanés pour le temps qui nous est imparti. Celui qu'il nous reste, qui nous permet chaque matin de mettre un pied devant l'autre, en humant l'odeur de ce café salvateur. Pourtant, au fur et à mesure que ces mélodies nous emplissent, nous pensons un peu moins à ces années qui ont fini par s'accumuler sur nos épaules de plus en plus frêles. Les chœurs emplissent nos oreilles désormais blessées, tandis que l'horizon nous parait vivifiant.

 

Nous jetons un regard furtif à ce longboard imbécile, qui prend la poussière, à cet instrument de musique qui croupit au fond de ce placard, où pourtant, trônent fièrement nos paires de baskets. Toutes. Mais bizarrement, ces brûlots nous rappellent qui nous sommes, qui nous n'avons jamais cessé d'être, même si les souvenirs, à l'instar de ces bulles pétillantes chatoyantes autant que chatouillantes, remontent à la surface de notre esprit légèrement égaré entre une nostalgie cajolante et un présent fédérateur.

 

Au dehors le bruit s'accentue, il nous confisque ces rares instants de félicité. Nous emmenons J.Mascis avec nous, tout en prenant soin de refermer délicatement la porte sur ce que nous sommes. Le pas est léger, assuré, nous comprenons alors qu'il définit les contours de ce chemin qui nous appartient.

 

Les notes d'Elastic days résonnent en nous... bienveillantes !

Please reload

Articles Récents
Please reload

Archives
Please reload

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • 1447126333_mail-icon