EDITO DÉCEMBRE Patate !

3 Dec 2018

  

Vous l'attendiez avec impatience, notre grande édito sur Noël, ses joies forcées, ses cadeaux par centaine, ses embrouilles familiales, ses gastro-entérites de dernier moment,  ses aiguilles de sapin, ses bouteilles d'alcool qui jonchent le sol au petit matin, tandis que le vieux barbu s'enfuit sur la pointe des pieds.

 

Dehors, bien évidemment, il neige, ce sont les premiers flocons, et alors que tous les chérubins de la terre se jettent enfin sur leurs cadeaux, il nous arrive de penser ô combien ces années s’enchaînent vite, charriant avec elles leur lot de déceptions, de désillusions ou autres prophéties avariées.

 

Fort heureusement et afin de conjurer le mauvais sort, le mauvais œil, le froid, cette humidité latente, ces jours de m.... qui n'en finissent pas de raccourcir tandis que nous nous renfrognons inexorablement, pointent des pépites qui nous excitent, nous ravivent les mandibules...

 

Au rayon lecture d'images, la kro devrait arriver ces jours-ci, comment ne pas être retourné par ce magnifique livre de Joël Meyerowizt, une vie passée à faire des photos qui vous rabibochent avec l'être humain, sa condition nauséabonde, des instantanés hauts en couleur qui changent une destinée. La nôtre.

 

Au rayon musique, après quelques semaines de disette incommensurable, non nous n'écouterons pas les derniers albums posthume d'Alain Bashung, Saez, Muse, Mass Hysteria... préférant nous concentrer sur Bring me the Horizon, LUH, Mono, dont les opus devraient, courant janvier, venir (re)connecter entre eux, les cinq neurones qu'il nous reste.

 

Mais si comme nous, vous profitez des fêtes pour monter à la grande ville pour vous rassasier non pas de chaos imbécile teinté de jaune, mais d'expositions salvatrices, voici quelques unes de nos immanquables : Mucha au musée du Luxembourg, redéfinit le graphisme, Miro au Grand Palais, Richard Jackson, au musée de l'Orangerie, redéfinit le travail de Monet, la photographe Dorothea lange, au Jeu de paume, le fantasque Grayson Perry, au musée de la Monnaie , Michael Jackson s'invite au Grand Palais, oui vous avez bien lu, tandis qu'à la cité des sciences, l'exposition sur "la patate" ... nous amuse.

 

Succombons à ces tentations qui nous délivrent du mal, que l'art emplisse la terre jusqu'au ciel, qu'il éloigne de nous, cet obscurantisme putassié, que notre règne vienne pour des siècles et des siècles.

 

A la vôtre.

Please reload

Articles Récents

12 Nov 2019

Please reload

Archives