I DON'T KNOW HOW BUT THEY FIND ME 1981 extended play

18 Dec 2018

 

Quelle est cette tendance 2018, qui pousse à s'affubler d'un nom de groupe aussi improbable que celui-là et à devoir se le trimbaler jusqu'à ce que mort s'ensuive ?

 

Peut-être est-ce dû au besoin impérieux de vouloir attirer l'attention de chroniqueurs blasés, affublés eux aussi de pseudos comment dire ... que la consommation de produits stupéfiants durant de longues et cruelles années, n'a su véritablement gommer.

 

Et si, et si, nous écoutions cette galette dont la cire chaude coule encore...

 

 

 

Derrière ce groupe, se cache surtout le bassiste ou l'ex bassiste des Panic at the disco, groupe que nous vénérons au même titre que la confiture de chewing-gum, les ragoûts de Nutella, les films pornographiques de Jacqueline & Michèle.

 

Oui vous l'aurez compris cet ep 6 titres a cet effet dévastateur.

 

Son écoute prolongé permet de se (re)plonger avec délice dans cette époque où la musique était libre, inventive, légère, où la pop flirtait à peine avec le rock, que les filles aux jupes courtes, criaient à en perdre haleine, à en perdre la tête, que les perruques glissaient puis tombaient juste à côté des petites culottes.

 

Wouap do wap, thacatak tchatak, let's go, let's go nous balance ce duo atypique, entre comptines désuètes, voix qui prête à rire, sons obsolètes, tempi nonchalants dont le mix aérien nous badigeonne le corps d'un miel collant et chaud, que des amies compatissantes, s'empressent de lécher avec avidité.

 

Les ritournelles s'échappent, virevoltent, tournoient au dessus de nos têtes, puis disparaissent aussi vite qu'elles sont apparues, nous laissant hagards, désemparés, coincés dans cet espace musical qui n'appartient qu'à eux, désuet et terriblement contemporain à la fois.

 

Nous reprenons notre souffle, anxieux et impatients de découvrir la suite des aventures de ce duo au nom décidément ... atypique ?

 

Unique ? Oui.

Please reload

Articles Récents

12 Nov 2019

Please reload

Archives
Please reload