APPARAT LP5

26 Mar 2019

 

Des fois, mais des fois bien trop rares, tombe dans notre escarcelle, un Ovni musical, qui, l'air de rien, nous nettoie les esgourdes de fond en comble, nous retourne les sens. Tous les sens.

 

Sascha Ring, le cerveau derrière cet Apparat, nous démontre avec ce LP5 qu'il est possible de partir dans toutes les directions musicales, en affichant tout de même une insolente cohérence ...


 

 

 

 

 

 

Cet album est une invitation, un voyage évidemment intersidéral, éminemment sidérant.

 

Oubliez les étiquettes musicales, celles qui bien souvent, ne servent qu'à tourner en rond autour d'un astre (certes psychédélique), mais qui (contre toute attente ésotérique), n'en présente pas moins des crevasses ou autres fissures telluriques. De ces gouffres insoupçonnables s'échappent alors de larges volutes dont l'apparence sombre et inquiétante à la fois, nous ravit à loisir.

 

Sous cette fine pellicule technoide, se cache une mélancolie troublante, qui suinte littéralement de chaque couplet, de chaque refrain, de chaque interlude musical, susurrée par une voix qui se faufile. Timidement. Maladroitement. Lentement.

 

Elle dissémine ce venin qui, peu à peu, s'insinue au plus profond de notre psyché, nous étourdissant, nous avilissant alors autant qu'elle nous libère. Cette catharsis aux tons pourprés, à mesure que les morceaux s’enchaînent, conquière le moindre interstice de nos dendrites pourtant acérés.


Quelques notes de piano plus tard, de harpe ou de cordes et c'est toute notre âme qui vibre à l'unisson, de ce qui s'annonce déjà être une résurrection. Le spectre lumineux de cet opus, n'a de cesse d'exhumer nos propres errances, nos propres damnations, cet Apparat nous protège et nous permet ainsi de nous concentrer sur l'essentiel :

 

La chatoyance de l'univers cosmique ... 

 

 

 

 

 

 

à peine sussurélégiaques 

Please reload

Articles Récents
Please reload

Archives
Please reload

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • 1447126333_mail-icon