ARCHIVE 25

12 Jun 2019

 

25.43.12.

 

Fêter dignement un cycle de vie, comme une suite numérique qui confère à l'admiration pour les uns,  à l'inconnue pour d'autres, à la surprise pour certains.


Oui, Archive remonte le cours de sa carrière, comme pour mieux exhiber cette oeuvre dont lui seul a le secret, c'est à dire une oeuvre protéiforme et fantasmagorique à la fois ...

 

 

 

 

43.

Sous ce nom se cache en fait un collectif de musiciens, d'artistes, qui telle une hydre vorace, sut au fil du temps digérer ses influences, faisant fi des commentaires, des comparaisons imbéciles, ne gravant au fond que ses notes, ses arrangements, autant d'ellipses tentaculaires qui firent d'Archive un monstre insaisissable. Voyageant au gré des époques, des humeurs des unes et des autres, ces participations permirent, l'espace d'un instant, de se confronter à de nouveaux horizons musicaux, d'en explorer les limites et les quintessences, parfois même, au prix d'une évanescence assassine.

 

Et alors que les modes se déclinèrent, que les vibrations s'éparpillèrent ici et là, que les arrangements musicaux se bonifiaient, contre toute attente, une vague de fond, épaisse et fertile à la fois, nous submerge. Des souvenirs, à l'instar de précieuses madeleines, nous rappellent que ce groupe nous offrit depuis tous temps, ou presque, des instants de félicité que nous avions injustement oublié.

 

12.

Les références aux albums se multiplient, même si par instants les choix nous paraissent hasardeux, il nous semble pourtant que la force de ce collectif réside justement dans cette capacité à assumer ces différentes périodes, ces différentes vies, de n'en renier aucune, même les plus faibles d'entre elles. A bien y réfléchir, un titre comme Noise par exemple, galvanise ce qu'est ce groupe : un laboratoire d'expérimentations musicales qui préfère se tromper, changer de voie, comme de voix, que de devoir se répéter, exhiber à l'infini une couleur, un style consumé.

 

Paradoxalement, c'est aussi de cette manière incertaine, qu'Archive sut asseoir une identité, et trouva une raison de composer encore et toujours de nouveaux matériaux, comme si la mue n'était jamais terminée, que la quête s'avérait éternelle autant qu'illusoire.

 

25.

Les décades passèrent bien plus vite que nous ne pouvions l'augurer et c'est un peu comme si l'univers tout entier, tenait à nous rappeler que les plus belles histoires s'inscrivent dans la durée, que ces notes de musique ne se  figent pas dans la cire. Elles s'abandonnent à la folie contagieuse de ces saltimbanques qui, année après année,  affichent crânement cette volonté de n'en faire qu'à leur tête. Les sillons se livrent, un à un, les airs emplissent nos psychés et tandis que les anges chuchotent à nos oreilles, nous pensons, émus, à toutes celles et à tous ceux que ces mélopées convaincront. Pour la toute première fois ?

 

C'était hier, c'est aujourd'hui, demain est déjà là, Archive aussi. 

 

 

Please reload

Articles Récents
Please reload

Archives
Please reload

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • 1447126333_mail-icon