CULT OF LUNA A dawn to fear

8 Oct 2019

 

Enfin.

 

Enfin un véritable long-playing des Cult of Luna, après six longues années de collaborations artistiques diverses et variées. Les COL, sont de retour, distillant encore et toujours ce fiel qu'ils sont les seuls encore à ce jour, à maîtriser. A peaufiner. A sublimer.

 

Cet art si subtile qui nous brûle et nous caresse à la fois l'âme, comme si cette subtile alchimie nous était vitale ?

 

 Âmes sensibles s'abstenir. 

 

 

Un opus des Cult of Luna est avant tout une aventure extra-sensorielle, un voyage qu'il faut accepter d'entreprendre au péril de sa damnation. Ou presque. Il y a tout d'abord ce chant à la limite du supportable, ce cri primaire qui dirige, organise, légifère les blessures les plus profondes, celles-là mêmes qui habilement orchestrées, laissent pourtant filtrer les mélodies qui n'en finissent pas de nous enchanter. Telles des antiennes, elles se répètent à l'infini, cajolant ainsi nos esprits endoloris.

 

Les atmosphères s'enchaînent, longues et éprouvantes, tonitruantes et captivantes à la fois; nos psychés sont martelées, nos dendrites se tordent en millier de spirales qui s'entortillent entre elles au rythme des morceaux : tempo lent, mid-tempo. Jamais le rythme des COL n'a semblé aussi maîtrisé, posé, évident, bien loin des cavalcades assourdissantes du passé. A mesure que les pistes se dévoilent, il nous semble même que cette insolente sérénité prenne le pas sur les compositions, créant alors de nouvelles récréations musicales que les COL ne manquent pas de fouler. De défricher.

 

A cet instant, une quiétude abyssale nous envahit, faisant taire nos propres errances, émasculant nos doutes et nos angoisses métaphysiques, comme si la musique des COL portait en elle cette maïeutique insoupçonnée. Les notes elles-mêmes semblent suspendues dans ce maelstrom métallique, subjuguant alors les silences qui n'ont paradoxalement, jamais aussi bien sonné. Les minutes s'égrènent, charriant cette mélancolie tenace, qui nous émeut et nous promet à la fois, des lendemains chantant éblouissants.

 

A dawn to fear. Culte. Evidemment.

Please reload

Articles Récents
Please reload

Archives
Please reload

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • 1447126333_mail-icon